Les Franchises minceur, amincissement, diététiques

Les Franchises minceur, amincissement, diététiques

Les Franchises minceur, amincissement, diététiques

En France, comme dans beaucoup de démocraties occidentales, les canons de la beauté se font très présents (via la publicité, la mode, etc.). Dans le même temps, le surpoids voire l’obésité, en particulier chez les adolescents et jeunes adultes, augmentent de manière inquiétante. La faute à une consommation excessive de « junk food ». Paradoxal quand on sait que notre pays est réputé pour sa gastronomie et son « bien manger ». Du coup, nulle surprise à voir le marché de la minceur connaître un succès croissant. Un secteur que la franchise ne pouvait, de ce fait, ignorer.


Le secteur de la minceur
Certains parlent de « culte » ou de « diktat » de la minceur. Quoiqu’il en soit, c’est un marché florissant (en particulier à l’arrivée de chaque été). Son poids économique au niveau national ? Trois milliards d’euros. Un secteur porté par l’obésité croissante d’une partie de la population tricolore (à l’heure actuelle elle touche 15% des adultes). Alors que l’année 2018 touche à sa fin, le marché pourrait atteindre les 4 milliards d’euros de chiffre d’affaires !
Comment les acteurs de ce marché ont-ils trouvé la « bonne recette » face à une clientèle méfiante vis-à-vis des publicités vantant de perdre du poids « sans effort » ? Elles ont misé sur une personnalisation toujours plus fine via une interaction avec des « coachs » personnels parlant nutrition, activité physique et temps de repos, une utilisation de la technologie via des applications ou des bracelets connectés, la place désormais incontournable des réseaux sociaux (avec ces stars, surtout anglo-saxonnes, prodiguant presque quotidiennement conseils et exercices) et la création de « communautés » virtuelles ayant un même objectif, échangeant encouragements et conseils.

Les franchises du secteur
Un marché que la franchise ne pouvait ignorer. Ainsi, plusieurs réseaux sont-ils actifs et connaissent un vrai succès :

-Naturhouse : C’est le leader européen du secteur de la nutrition et de la diététique. Créé en 1995 en Espagne, ce réseau arrive en France en 2006. Il comptait 633 centres répartis sur tout le territoire national début 2018 et comptait ouvrir 80 nouvelles implantations cette année. L’apport personnel devra être de 10.000€ alors que les droits d’entrée sont fixés à 600€. L’investissement global est estimé entre 50.000 et 80.000€. Le contrat sera une franchise classique d’une durée de 5 ans.

-Dietplus : Réseau de « rééquilibrage alimentaire », ce dernier s’appuie sur trois axes : un bilan personnalisé, un suivi hebdomadaire et la vente de produits alimentaires exclusifs. Créé en 2010, il compte actuellement près de 180 boutiques en France. L’apport personnel devra être de 10.000€ alors que les droits d’entrée sont fixés à 7.500€. L’investissement est estimé entre 50.000 et 70.000€. Le chiffre d’affaires réalisable après deux ans d’activité est estimé à 165.000€. Le contrat sera une franchise classique d’une durée de 5 ans.

-Physiomins : Créé en 1985 et lancé en franchise en 1988, Physiomins compte actuellement 165 boutiques en France. À la nutrition et la diététique s’ajoute le soin du corps dans le concept de ce réseau. L’apport personnel devra être de 15.000€ alors qu’il n’y a pas de droits d’entrée. L’investissement global est estimé à 20.000€ + l’agencement du local. Le chiffre d’affaires estimé après deux ans d’activité à 200.000€. Le contrat sera une franchise classique d’une durée de 3 ans.

Conclusion
Alors que la croissance du marché de la minceur/diététique devrait continuer à croître cette année et les années prochaines, les réseaux franchisés tiennent une place majeur avec des réseaux à la forte notoriété et financièrement très accessibles.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *